Intelligence artificielle (IA) : Quels nouveaux emplois va-t-elle créer ?

Lorsque nous parlons d’intelligence artificielle, notre esprit saute entre la fascination et la prudence. En fait, il est assez difficile de savoir exactement ce qu’il faut penser de la technologie développée dans le but de créer une nouvelle forme d’intelligence. 

Si certains considèrent l’intelligence artificielle comme une menace pour l’emploi, d’autres sont convaincus qu’elle sera bénéfique pour le marché de l’emploi.

Nous sommes sur le point de vivre la transition la plus rapide que l’humanité ait jamais connue, et nous ne sommes pas prêts pour cela.

Pour que l’intelligence artificielle progresse, il faut suivre un certain nombre d’étapes dans le processus de construction. Il y a autant de phases de fabrication que d’emplois qui n’existent pas encore – ou qui n’ont été créés que récemment. Ces emplois seront très demandés dans les années à venir. Examinons les emplois de demain dans le secteur de l’IA.

Le concepteur de personnalité : créer une architecture d’IA

Pour entamer le processus de construction de l’intelligence artificielle, un designer de personnalité doit en imaginer l’architecture.

Alexa et Siri, si vous les avez utilisées, vous viennent toutes deux à l’esprit. Leurs personnalités ne sont certainement pas le fruit du hasard, mais celui d’un designer de personnalité. Ce sont eux qui sont appelés à construire et à perfectionner l’image que ces assistants virtuels projettent aux utilisateurs. Dans un avenir proche, des outils tels qu’Alexa et Siri ne seront pas les seuls exemples d’IA avec lesquels nous interagirons au quotidien. C’est un fait incontestable que l’intelligence artificielle sera spécialement créée pour des besoins dans des domaines spécifiques.

Les concepteurs de personnalités auront donc un rôle important à jouer car ce sont eux qui définissent l’architecture de l’IA et ses algorithmes. D’une certaine manière, ce sont des ergonomes de l’intelligence artificielle. Ils doivent fournir une base pour que l’intelligence artificielle soit à la fois pertinente et comprise par le client. Pour devenir un concepteur de personnalité, il vous faudra des connaissances approfondies en psychologie et en nouvelles technologies ainsi que des compétences en langage informatique. Les algorithmes ne devraient pas être un mystère pour vous.

Le rédacteur IA : créer des personnalités de l’IA

Le travail du rédacteur de l’IA consiste à créer un personnage pour l’IA et à le faire paraître aussi humain que possible.

Comme un réalisateur qui donne vie à un scénario, l’auteur de l’IA est le scénariste de la personnalité de l’IA. Travaillant en tandem avec le concepteur de personnalité, ce travail consiste à modéliser un profil d’IA en lui fournissant des mots, des comportements, un ton de voix, une position, etc. précis. 

En réalité, l’objectif est de réussir à donner des émotions à une machine. Ce n’est pas une tâche facile. Dans l’espoir de la rendre la plus proche possible de l’homme, le créateur de personnalités d’IA essaie de donner à l’intelligence artificielle toutes les chances de créer une relation de confiance avec un humain.

Grâce à leur travail, un profil d’IA – tel qu’imaginé par le concepteur de personnalité – prend vie avec des émotions précises qui reflètent sa personnalité virtuelle.

L’éthicien de l’intelligence : garder tout en haut

Une fois que le concepteur de personnalité et le rédacteur de l’IA ont créé les bases de l’intelligence artificielle, il est temps de confirmer qu’elle s’inscrit dans le code éthique de notre société. Pour cela, une entreprise peut faire appel aux services d’un éthicien de l’intelligence.

Dans les années à venir, nous allons produire de l’intelligence artificielle en grande quantité. Bientôt, nous vivrons parmi diverses formes d’intelligence. Le développement de l’intelligence artificielle nous pousse à repenser la place de l’humanité sur Terre et à nous demander où se situent les machines. Doivent-elles acquérir des droits ? Quelle confiance pouvons-nous accorder à l’intelligence artificielle ? Devrions-nous implanter des puces d’intelligence artificielle dans notre cerveau ?

Toutes ces questions seront au cœur du travail de l’éthicien. Elles auront un rôle particulièrement important dans les grandes entreprises technologiques, où elles jugeront de l’éthique de toute action donnée. Aux côtés des équipes de direction et de marketing, ils veilleront à la sauvegarde de l’éthique de l’entreprise. Attention : ils devront également être formés aux nouvelles technologies et acquérir des compétences dans le domaine de l’IA pour mener à bien leur mission.

Le coach en IA : au cœur de l’intelligence et de l’apprentissage

Pour qu’une intelligence artificielle particulière puisse entrer sur le marché, elle doit être autonome. C’est là qu’intervient un formateur en IA.

Une intelligence artificielle aura besoin d’être formée pour être efficace. Elle doit apprendre à reconnaître les objets, améliorer sa compréhension du langage humain, apprendre à identifier les émotions, etc. Une intelligence artificielle passera son temps à essayer d’améliorer ses compétences, mais elle ne pourra pas y parvenir seule. C’est là qu’un coach en IA est nécessaire. Leur mission est d’enseigner les plateformes d’intelligence artificielle afin qu’elles deviennent autonomes. Pour ce faire, ils doivent leur fournir des flux de données importants, leur permettant d’acquérir de nouvelles compétences.

L’intelligence artificielle est en effet utile dans le monde des jeux vidéo, notamment pour améliorer le comportement des personnages non joueurs (PNJ) que l’on rencontre dans PlayerUnknown’s Battlegrounds ou dans Fortnite. L’entraîneur d’IA guidera donc les machines dans le processus d’apprentissage pour l’amélioration personnelle. Pour devenir coach en IA, vous devez non seulement connaître les différents langages informatiques, mais aussi savoir les utiliser parfaitement.

Courtier en données personnelles : des informations qui valent leur pesant d’or

Au cœur de ce que nous appelons les « Big Data » brûle le feu sacré des données. Une fois que l’intelligence artificielle arrive dans nos foyers, un courtier en données personnelles analyse les données qu’il collecte et se charge de les revendre aux entreprises intéressées. Les données personnelles, dont nous avons beaucoup entendu parler récemment, sont devenues essentielles pour les entreprises et leurs services marketing. Les données personnelles permettent de personnaliser les campagnes publicitaires et de cibler une communauté sélectionnée de manière extrêmement précise. Un véritable écosystème a déjà émergé ici et tout porte à croire que ce n’est qu’un début.

Il est à noter qu’un courtier en données ne collecte pas les données directement auprès du consommateur ; il se contente d’acheter des données aux grandes entreprises qui les collectent, comme Facebook ou Google, puis de les revendre aux entreprises intéressées. Le courtier prend les données brutes et augmente leur valeur en les traitant et en obtenant des résultats d’analyses croisées. Il fournit ensuite des rapports qui permettent aux clients d’adapter leurs offres en utilisant les données collectées.

Pour devenir courtier en données, il faut avoir une solide expérience dans le monde de la finance ou de la cryptoconnaissance. Le métier est, d’une certaine manière, une évolution du rôle du trader. Une connaissance approfondie des Big Data est évidemment un grand avantage.


Nous espérons que vous avez aimé notre article. Faites-nous part de vos réactions en nous laissant des commentaires. 

Si vous avez aimé cet article, alors vos amis aussi, pourquoi ne pas le partager…


Ne ratez pas nos articles orientés Data Marketing.

Visitez notre Site Web.

Site Footer