Comment répondre : où vous voyez-vous dans cinq ans ?

Il n’y a peut-être pas de réponse facile à la question « Où vous voyez-vous dans cinq ans », mais il est essentiel de bien réfléchir à la façon dont vous y répondriez avant de vous présenter à un entretien d’embauche. Aurez-vous changé de carrière et serez-vous devenu moniteur de canoë ? Serez-vous à la tête d’une start-up technologique hyper perturbatrice ? Peut-être voulez-vous être le patron de l’entreprise qui vous convoque à un entretien ? Ce ne sont peut-être pas les meilleures réponses. Alors qu’attend-on de vous lorsque cette question est posée lors d’un entretien ? Pour vous aider à y répondre, nous examinons de plus près pourquoi cette question est un élément essentiel du recrutement.

1. Pour voir si vous avez une vision à long terme de votre carrière

En vous posant cette question, le recruteur vérifie que vous vous êtes déjà posé la même question. Le fait de ne pas pouvoir y répondre laisse supposer que vous n’avez pas vraiment de plan de carrière et que vous pourriez postuler de manière spéculative, sans aucune raison valable de choisir cette entreprise et ce poste en particulier. Vous pouvez les rassurer en leur montrant que vous avez déjà réfléchi à votre parcours professionnel, que vous êtes capable de planifier votre avenir et de structurer vos ambitions. Mais n’oubliez pas de faire preuve de souplesse, en indiquant clairement au recruteur que votre vision est « idéale » et que vous êtes conscient que les choses peuvent changer.

2. Pour mesurer vos ambitions

Vous avez des ambitions, bien sûr, mais elles doivent être réalistes. Montrez qu’il y a une progression entre l’emploi auquel vous postulez et celui que vous comptez occuper dans cinq ans. Posez-vous quelques questions simples : Souhaitez-vous devenir manager ? Un expert dans votre discipline ? Cherchez-vous à développer pleinement une compétence spécifique ? Soyez réaliste et cherchez à trouver un équilibre entre ambition et modestie. Les recruteurs veulent voir un candidat qui a l’intention de progresser. Mais assurez-vous d’être honnête : ne dites pas que vous visez un poste d’encadrement si ce n’est pas ce que vous voulez vraiment.

3. Pour tester votre engagement

Les entreprises investissent du temps et de l’argent pour recruter et former leurs employés. Elles ne veulent donc pas que ces investissements partent trop tôt à la recherche de nouveaux pâturages. Votre réponse doit indiquer que vos objectifs peuvent être atteints dans leur entreprise : que vous voulez apprendre et évoluer professionnellement, mais que vous voulez y parvenir avec eux. Mieux encore, faites-leur savoir que vous pouvez apporter une valeur ajoutée à l’entreprise dans les années à venir. Ne les laissez pas penser que vos projets d’avenir ne peuvent être réalisés qu’ailleurs, dans un secteur ou un rôle qui n’est pas disponible dans leur entreprise. Une bonne approche consisterait à vous renseigner, avant votre entretien, sur les objectifs de l’entreprise. Ainsi, vous pourrez voir quels sont les projets futurs qui vous attirent et consulter l’organigramme pour vous aider à déterminer les postes qui pourraient vous intéresser à l’avenir.

4. Pour assurer la cohérence de votre parcours professionnel

Le poste auquel vous postulez actuellement doit s’inscrire dans votre plan de carrière futur. En y réfléchissant, il est utile d’expliquer aux recruteurs comment vous allez atteindre vos objectifs à long terme en étant performant dans le rôle qu’ils vous proposent. Les recruteurs veulent comprendre le chemin que vous voulez emprunter pour atteindre vos objectifs et savoir si vous savez faire preuve de bon sens et de bonne organisation pour y parvenir. En même temps, c’est pour eux l’occasion de voir si l’entreprise peut vous aider à atteindre vos objectifs, ou si vous risquez de partir avec un sentiment de frustration.

5. Pour évaluer votre persévérance

Lorsque les recruteurs vous posent cette question, ils ne s’attendent pas à ce que vous répondiez franchement sans vous expliquer davantage. C’est le moment idéal pour souligner votre désir d’apprendre et de progresser, sans pour autant brûler les étapes. Un recruteur ne veut pas entendre que vous cherchez à progresser trop rapidement dans l’entreprise, ou pire encore, que vous voulez prendre la place de votre nouveau patron ! Ne suggérez pas que vous constituez une menace pour la carrière des autres, mais expliquez que vous êtes pleinement conscient du temps et des efforts nécessaires pour passer à l’étape suivante. N’hésitez pas non plus à préciser les domaines d’amélioration professionnelle sur lesquels vous aimeriez travailler pour atteindre vos objectifs. Cela montrera au recruteur que vous êtes conscient de vos faiblesses et que vous êtes prêt à apprendre.

6. Pour comprendre votre vision de la réussite

Votre réponse à cette question révèle non seulement votre vision de la réussite professionnelle, mais aussi votre personnalité. C’est une façon de révéler des traits de caractère au recruteur. Cela signifie que vous ne devriez pas déclarer que dans cinq ans vous vous verrez en train de vous détendre sur la plage en sirotant des mojitos ! Même si c’est le rêve.

Comme nous l’avons établi, vous devez vous préparer à cette question lorsque vous vous préparez pour un entretien. Mais n’oubliez pas d’être honnête : il ne s’agit pas seulement de trouver un emploi, il s’agit de trouver le bon emploi pour vous.


Nous espérons que vous avez aimé notre article. Faites-nous part de vos réactions en nous laissant des commentaires. Si vous avez aimé cet article, alors vos amis aussi, pourquoi ne pas le partager…

Ne ratez pas nos articles orientés Data Marketing.
Visitez notre Site Web.

Site Footer